• Séjour de 3 semaines à Washington D.C... en août 1994 !

    visite de la capitale américaine - journée en Pennsylvanie à la découverte de la communauté Amish -

    weekend à Virginia Beach & weekend à New York

     

    Introduction

    J'avais 18 ans lorsque ma meilleure amie me propose de l'accompagner à Washington D.C où vivaient son oncle et sa tante. Logée, nourrie, accueillie par sa famille dans un pays qui m'attirait mais me semblait inaccessible, l'opportunité était fabuleuse et mes parents l'ont bien compris. Aussi, je tiens à les remercier et à dédicacer cet article à Stéphanie K, Mimi K et Pierre K. Voilà, c'était la minute nostalgie, maintenant entrons dans le vif du sujet.

    Je n'avais pas tenu de carnet de bord quotidien, cet article présente et résume les sites vus et toujours à voir aujourd'hui dans la capitale et alentours. Je m'appuie sur mon album photos et les annotations que j'y  ai apportées (album fait avec soin et minutie à l'époque, façon "scrapbooking" avec découpage/collage d'extraits de brochures touristiques, tickets...). Les appareils photos numériques n'existant pas encore, les photos de l'article sont des versions scannées de photos prises à l'ère de l'argentique. Il y a donc une petite perte de qualité c'est pourquoi j'ai préféré les publier sous forme de petits montages.

    Washington D.C

    Si la capitale des Etats-Unis n'est pas forcément la destination qui arrive en tête des "must see" et "wish list / bucket list" des touristes européens (New York lui vole la vedette), elle n'en demeure pas moins une ville riche en visites variées et dont les nombreux monuments rappellent son rang.

    Atterrissage de Stéphanie et moi à l'aéroport de Washington Dulles avec la compagnie TWA (Trans World Airlines) qui a fusionné depuis avec l'American Airlines. Nous posons nos valises et notre décalage horaire chez Mimi et Pierre K dans une belle maison située dans un quartier du  Nord Ouest de Washington.

    Washington D.C

    Quartier résidentiel boisé et vert dans lequel nous découvrons de belles demeures avec gazon impeccablement entretenu, sans grilles autour et avec souvent le drapeau américain planté, comme nous avions l'habitude de le voir dans les films et séries américaines.

    Washington D.C

     

    VISITE DE LA CAPITALE

    Nous commençons notre séjour, si j'en crois mon album photos, par un aperçu de la Maison Blanche que nous voyons de loin au travers des grilles. Je me souviens l'avoir trouvée "petite" car imaginée beaucoup plus imposante, bien qu'il s'agisse déjà d'un beau domaine. La Maison Blanche a été la résidence de tous les présidents américains à l'exception de George Washington.  Plusieurs pièces se visitent mais il faut s'y prendre longtemps en avance. Les citoyens français doivent faire une demande auprès de l'ambassade de France à Washington. 

    Washington D.C

    Au mois d'août, il faisait très chaud, une chaleur lourde, moite et les journées se terminaient souvent avec des averses orageuses. Aussi, le ciel était rarement bleu.

    Nous découvrons les larges avenues du centre ville et allons voir le Capitole sur National Mall, bâtiment dans lequel siège le Congrès américain. National Mall est un parc bordé de monuments et de musées, il s'étend de Washington Monument (la grande Obélisque) au Capitole.

    Notre première visite culturelle est le Musée National de l'Histoire Américaine qui regroupe des collections dans des domaines variés comme l'évolution des transports américains ou les différents présidents et les "first ladies" par exemple.

    Washington D.C

     

    La visite du Musée National de l'Air et de l'Espace nous permet quant à elle de découvrir une grande collection d'avions ainsi que des appareils et des équipements qui ont fait la gloire de la conquête spatiale Américaine et internationale.

    Washington D.C

                            Missile V2                                                         Module lunaire - programme Apollo 11

     

    Washington D.C, c'est aussi de la verdure autour des principaux monuments et mémorials du National Mall mais aussi à la périphérie de la ville le long de la rivière Potomac ou encore dans les Jardins Botaniques ou le Zoo.

    Washington D.C

      Washington D.C

     

    The Old Post Office, au 1100 Pennsylvania Avenue au Nord Ouest de la ville (metro Federal Triangle), offre une vue panoramique de la capitale: le Capitole et Washington Monument.

    Le quartier de Georgetown, visite populaire dans les années 90, est devenu branché. Entre le Rock Creek Park et l'université, Georgetown est un vivier d'étudiants, de jolies rangées de maisons, de commerces et clubs à la mode.

    Washington D.C

                   Pêle-mêle:  Quartier Georgetown - Botanic Gardens - Vues du Old Post Office Pavilion

     

    N'oublions pas l'Histoire avec la visite des différents mémorials de la capitale. L'Albert Einstein Memorial, dans le jardin de la National Academy of Science sur Constitution Avenue (métro Foggy Bottom), est une sculpture en bronze de Robert Berk. Einstein tient dans sa main un papier avec la célèbre formule E=mc2. Ce mémorial a été conçu pour le centenaire de la naissance du scientifique, le 22 avril 1979. Une photo avec mon amie et moi sur la statue vous dévoile sa grandeur, plus imposante qu'il n'y paraît.

    Washington D.C

     

    Toujours sur Constitution Avenue se trouve le Vietnam Veteran Memorial. Sur des murs de granit noirs sont inscrits les noms des 58 191 soldats morts ou disparus pendant la guerre du Vietnam. la sculpture en bronze de Fredrick Hart représente trois hommes en service.

     

    Autre visite au niveau de la station de métro Foggy Bottom, le Lincoln Memorial. Bâti à la façon d'un temple grec, il abrite à l'intérieur une statue de marbre de 6 mètres de haut représentant le 16ème président des Etats-Unis Abraham Lincoln. Sur les marches de ce mémorial, Martin Luther King avait prononcé son fameux discours "I have a dream" en 1963.

    Washington D.C

     "La meilleure façon de prédire l'avenir est de le créer", maxime d'Abraham Lincoln

     

    Depuis le Lincoln Memorial, nous pouvons apercevoir le Washington Monument, une obélisque immense (une des plus haute au monde: 169 mètres) célébrant la mémoire depuis 1885 du premier président américain: George Washington. Un ascenseur vous monte jusqu'à son sommet.

    Le parc National Mall et le Washington Monument vous sont familiers? C'est normal, ils apparaissent dans plusieurs films. Sorti pendant l'été 1994 et vu de retour en France, Forrest Gump offre une belle scène sur le National Mall: alors que Forrest s'adresse à une foule de militants pacifistes manifestant contre la guerre du Vietnam, il aperçoit son amie d'enfance Jenny, quitte l'estrade et la rejoint dans l'eau...

    Washington Monument est aussi présent dans des jeux vidéos comme Resident Evil 6 ou Call of Duty, Modern Warfare 2. Nous découvrons les principaux monuments et symboles de la ville dans les films de science fiction dans lesquels ils connaissent souvent un sort funeste. La Maison Blanche est attaquée, détruite ou investie dans Mars Attacks, Superman II, X-Men Days of the Future Past... Dans le Lincoln Mémorial, la sculpture du président est remplacée par une statue représentant un singe dans le remake de La Planète des Singes. La capitale était prise d'assaut par les soucoupes volantes dans Earth vs flying saucers (1956)..etc..

    Washington D.C

     

    Encore un mémorial à la gloire d'un ancien président: le Jefferson Memorial dans lequel se trouve la statue de Thomas Jefferson, 3ème président des Etats-Unis. Il a rédigé -avec John Adams et Franklin Roosevelt, la Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis en 1776. Cela valait bien la postérité dans ce temple d'inspiration romaine (dôme) où on peut lire des passages de la Déclaration.

     

    Clôturons les visites historiques avec le cimetière national Arlington qui abrite les tombes des vétérans engagés dans différents conflits quel que soit leur statut, leur rang, reconnu et honoré ou inconnu. Des femmes du monde civil ayant collaboré avec les Forces Armées sont également enterrées à Arlington. Une tombe spéciale a été érigée pour les soldats inconnus de la guerre de Sécession (Civil War) avec les dépouilles de 2111 soldats de l'Union. Le cimetière d'Arlington abrite aussi la tombe d'un homme illustre:  John Fitzgerald Kennedy assassiné en 1963, sur laquelle brûle la flamme de l'éternité. Jackie Kennedy repose à ses côtés. Enfin, vous pourrez voir dans ce cimetière Arlington House, un mémorial en l'honneur du général des troupes confédérées Robert E.Lee.

    Washington D.C

                         

                           

    EXCURSIONS

    Lancaster, Pennsylvanie & Ellicot City, Maryland

    Nous avons passé une journée en Pennsylvanie à Lancaster, chef-lieu du Comté du même nom, connu principalement pour la présence d'une grande communauté Amish en son sein et autour de laquelle le tourisme s'est développé. La ville est aussi connue pour ses ponts couverts.

    Washington D.C

    A moins que vous n'ayez vu le film Witness avec Harrisson Ford ou que vous ne soyez tombé sur la télé réalité idiote (laquelle ne l'est pas!) Amish in the city lors d'un séjour aux Etats-Unis, le mot Amish ne doit pas vous évoquer grand chose. Il s'agit d'une communauté religieuse ( Protestants anabaptistes rigoristes) dont les membres (leurs ancêtres venaient d'Alsace et de Suisse) ont une interprétation littérale de la Bible et refusent les valeurs et usages de la société moderne: conduite d'une automobile, électricité courante, téléphone...

    Ils vivent à l'ancienne, presque comme au XIXème siècle. Cette communauté gère elle-même l'éducation scolaire de ses enfants qui vont à l'école Amish jusqu'à 14 ans. Peu d'entre eux vont ensuite dans un lycée fédéral. Les Amish parlent un dialecte allemand entre eux et anglais avec les "étrangers" (personne hors communauté). Leur façon de s'habiller répond au préceptes de l' "Ordnung", il faut être humble, donc pas de port de bijoux, de boutons, de couleur ou signe qui vous démarquerait trop des autres membres. Les familles sont nombreuses (7 enfants en moyenne) puisque l'usage de la contraception est proscrit.

    A l'adolescence, entre 16 et 18 ans, les jeunes peuvent expérimenter la vie moderne: aller dans des night clubs, utiliser une chaîne hifi, un téléphone, fréquenter d'autres Américains... c'est le "Rumspringa", période à l'issue de laquelle ils devront choisir de rester dans la communauté (et donc de renoncer à vivre comme les autres jeunes américains) ou de la quitter (ce qui signifie une exclusion totale et donc ne plus revoir sa famille). La majorité des jeunes Amish décident de rester vivre dans leur communauté.

    Washington D.C

    Aujourd'hui, selon le degré de conservatisme des familles, certains Amish appliquent à la lettre les règles, d'autres s'arrangent un peu avec la technologie: utilisation de l'ordinateur ou du portable uniquement au travail (commerçants par exemple), utilisation de frigos qui fonctionnent au gaz, jeunes qui écoutent de la musique sur un portable en cachette (qu'ils chargent chez des non-Amish complices). La vie chez les Amish est dure, les enfants travaillent jeune (au champ, à la traite des vaches, partage des tâches ménagères et les plus grands aident leur mère à s'occuper du reste de la fratrie), les hommes et les femmes ont un rôle bien défini, on ne suit pas ses aspirations et encore moins ses rêves. Toutefois, on peut y reconnaître des points positifs: une agriculture traditionnelle et raisonnée, l'entraide, la solidarité (ils n'ont pas la sécurité sociale et ne cotisent pas pour une retraite, la famille prend le relais), la non-violence (pas d'armes à feu).

    Les Amish peuvent monter dans une voiture et se laisser conduire par un non-Amish ou encore prendre le bus ou le train. Pour les déplacements du quotidien, ils utilisent un buggy, sorte de carriole tirée par un cheval.

    Washington D.C

    Le comté de Lancaster - qui compte environ 60 000 membres Amish- bénéficie de la curiosité qu'ils suscitent et le tourisme profite à la fois aux Américains lambdas et aux Amish qui peuvent vendre plus facilement leurs produits de la ferme et artisanaux (objets en bois, patchwork par exemple). Cependant, cette curiosité a aussi un revers: touristes qui entrent dans les propriétés pour prendre les Amish en photos, selfies volés en ville... Pour ma part, je n'ai pas pu photographier des Amish même à la dérobée, j'ai pris en photo des buggies et j'ai ensuite acheté de cartes postales.

    Washington D.C

    Washington D.C

    Washington D.C

     

    Cette parenthèse hors du temps à la campagne, qui contrastait beaucoup avec l'ambiance de la capitale, m'avait plue. A l'aller ou au retour, je ne sais plus, nous nous étions arrêtées dans la ville d'Ellicot City dans le Maryland, dont vous avez peut-être entendu parler en ce Printemps 2018 en raison des inondations qui l'ont touchée. Centre-ville avec des boutiques artisanales très sympas et façades colorées.

    Washington D.C

     

     

    Weekend à Virginia Beach

    Virginia Beach est une station balnéaire de l'état de Virginie à 210 miles de la capitale. C'est aussi la plus grande ville de cet état. Nous logions dans un motel typique à deux pas de la plage qui a été décevante car nous sommes habitués à mieux en France et les grands immeubles qui la bordent ne lui donnent pas plus de charme. Nous avons passé un bon weekend cependant. Ayant fait la connaissance de 3 jeunes américains qui nous avaient abordées au bord de la piscine du motel, nous sommes ensuite allées à la plage avec eux, puis au mini-golf et au Mc Do. Ils venaient de Washington D.C mais de l'autre côté de la ville, dans les quartiers sud plutôt défavorisés. Deux d'entre eux étaient noirs et je me souviens très bien des regards désapprobateurs des gens (autant les blancs que les noirs) de voir se promener ensemble des noirs avec des blanches. Je leur avais fait remarquer, eux n'étaient pas du tout surpris mais m'avaient dit qu'à Washington ils ne fréquentaient pas de blanches, que ce serait mal vu et qu'ils nous avaient abordées car ils n'étaient pas chez eux et parce-que nous étions étrangères. Triste...

    Washington D.C

     

     
    Weekend à New York

     4/5h de trajet à bord d'un bus Greyhound, et hop nous voilà plongées dans la mégapole la plus célèbre au monde. Qu'on aime ou pas les villes, on ne peut pas rester indifférent à la Grosse Pomme car son paysage urbain est unique et n'a aucun équivalent en Europe. On connaissait le mot gratte-ciel mais il n'avait pas de représentation concrète pour nous. Là, dès notre sortie de la gare routière, j'ai été happée par la hauteur, l'immensité, la démesure des immeubles.

    Washington D.C

     Nous nous sommes concentrées sur le quartier de Manhattan: Times Square, Empire State Building, Soho, Chinatown, Little Italy, World Trade Center, Battery Park, Wall Street.

     

    Washington D.C

    Cela n'a pas été facile pour moi de prendre des photos à NYC avec un appareil simple, je reculais, je reculais pour prendre les buildings en entier mais rien à faire, ils sont trop hauts! Sur la première photo, il s'agit de la Cathédrale Saint Patrick, siège de l'archidiocèse catholique de la ville, mélange d'architecture anglaise et gothique. Je me suis donc reculée pour prendre la façade en entier et on a l'impression qu'elle fond, coincée entre les immeubles. La deuxième photo est la couverture d'un dépliant  touristique que j'ai gardé. Sur la troisième photo, on peut reconnaître le Chrysler building. Haut de 319 m, c'était la structure la plus haute de la ville jusqu'à la construction de l'Empire State Building. Walter Chrysler a pris en charge les frais de construction et le fabricant d'automobiles tenait absolument à ce que ce gratte-ciel soit le plus haut au monde à l'époque (1930) après la Tour Eiffel (324 m). L'architecte William Van Halen a eu l'idée de la flèche au sommet pour gagner une cinquantaine de mètres... La compagnie Chrysler a quitté les lieux dans les années 50 et l'immeuble abrite aujourd'hui bureaux et commerces. Si vous voulez en savoir plus sur son premier propriétaire, le contexte de sa construction et l'architecte, vous pouvez lire le résumé fait par un collège de la Réunion dans le cadre de l'histoire des arts: http://college-alizes.ac-reunion.fr/2015/05/22/chrysler-building/

    Washington D.C

    Nous sommes montées au sommet de L'Empire State Building pour avoir une vue panoramique de New York. Du haut de ses 381 m, il ne figure plus qu'à la 40ème place des plus hauts gratte ciels du monde (le premier, la tour Burj Khalifa à Dubai fait 828 m) mais l'Empire State Building conserve sa place de pionnier dans l'architecture des gratte ciels et constitue un symbole majeur de la ville. De son sommet, on peut admirer le Nord de la ville jusqu'au Bronx, le Sud jusqu'à Wall Street et l'ancien World Trade Center, l'Ouest avec la rivière Hudson et le New Jersey et l'Est offre une vue sur le Chrysler building par exemple.

    Washington D.C

          Panorama Nord: on devine à peine Central Park qui se cache dans la brume  sur cette vue.

      Washington D.C

     

    A l'Est, le sommet du gratte ciel nous offre une vue sur la East River, le Chrysler Building et The United Nations Building.

    Washington D.C

     

    A l'Ouest, nous avions une vue sur l'Hudson River et le New Jersey qui abrite en son sein le grand magasin Macy's, Madison Square Garden, le Jacob K.Javits Convention Center et le One Penn Plaza avec ses 57 étages de bureaux.

    Washington D.C

     

    Le Sud, offre une vue sur Wall Street et sur les tours jumelles de l'ancien World Trade Center et par temps clair on peut voir la Statue de la Liberté.

    Washington D.C

    Nous avions d'ailleurs également observé New York depuis le World Trade Center.

    Washington D.C

     

    Washington D.C

     

    Washington D.C

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Brooklyn Bridge & Manhattan Bridge.

     

    New York City c'est aussi au détour des coins de rues des fresques murales (bien que dans les années 90, elles étaient en nombre limité, le street art comme moyen d'expression ou support publicitaire n'avait pas encore vraiment percé), des statues...

    Washington D.C     

    Washington D.C

     

     

     

    Au Liberty Park (aujourd'hui appelé Zuccotti Park) dans le quartier d'affaires où ont été filmés les manifestants du mouvement Occupy Wall Street en 2011, se trouve la statue de "Double check businessman" ou un homme d'affaires qui vérifie ses documents de travail dans sa mallette. Cette statue en bronze réalisée par  John Seward Johnson en 1982, a pris après les attentats du World Trade Center en septembre 2001 un symbole poignant. Recouvert de débris et de poussière, il aurait été pris par une équipe de pompiers pour une vraie personne... Les jours qui ont suivi le drame, des New Yorkais déposèrent fleurs et bougies autour de lui. La statue a été alors remise à son créateur pour rénovation et il a été ensuite décidé de la remettre sur les lieux comme un hommage, un mémorial à tous les hommes d'affaires tués dans l'attentat. Une nouvelle plaque a été ajoutée avec notamment la mention "This bronze man sits again in his original site bearing scratches and bruises he sustained that day as a poignant reminder of hope and endurance for us all.”

    Washington D.C

      Nous avons croisé une autre statue d'un homme d'affaires hélant un taxi mais je ne sais plus exactement où...

    Washington D.C

     

     

     

    New York dans l'imaginaire collectif, c'est bien sûr les néons de Times Square. Situé entre la 42ème rue et Broadway, le quartier est surnommé "Crossroads of the world" (le carrefour du monde) où environ 365 000 personnes par jour se croiseraient. C'était déjà un lieu très animé en 1994.

    Washington D.C

    Le maire de l'époque Rulph Giuliani, avait lancé le "Times Square Business Improvement District" (The BID) afin de rendre le quartier propre, accueillant et sûr. Pari réussi? Times Square est classé 3ème quartier le plus dangereux de NYC en raison du nombre de vols à la tire. Il faut donc être vigilant avec son sac et porte monnaie comme dans tous les endroits touristiques. Je pense qu'il n'y a pas de sentiment d'insécurité particulier à avoir sinon.

    Washington D.C

    Comme vous le savez, la question des armes à feu aux Etats-Unis crée tellement de tensions et de désaccords que le pays n'est pas prêt de trouver une solution, un compromis pour satisfaire les attentes de tous les citoyens américains. Pendant ma visite à Manhattan, j'avais photographié ce panneau qui indiquait le nombre de personnes tuées par balle sur le sol américain. Je ne sais pas si ce panneau "Gun Fighters Deathclock" est toujours présent dans la ville.

    Washington D.C

     

    La zone de Broadway située au niveau de Times Square est le quartier des théâtres et des comédies musicales.

    Washington D.C

    L'intérieur du Mac Donald's de Broadway... avec les chiffres de la Bourse qui défilent afin que les hommes d'affaires ne  perdent pas la tendance des cours le temps de leur pause déjeuner...

    Washington D.C

     

    Petite incursion dans les quartiers communautaires: le quartier chinois Chinatown et le quartier italien Little Italy. Chinatown m'avait laissé une drôle d'impression: les trottoirs grouillaient de monde, on avait du mal à se frayer un passage entre les passants et les nombreux étals aux couleurs et odeurs étranges... dépaysement garanti!

    Washington D.C

     

    C'était un weekend bien rempli. Nous ne sommes pas allées sur Liberty Island pour voir la Statue de la Liberté car il y avait des heures de queue pour le ferry et la visite. Je l'ai donc vue au loin depuis le Battery Park.

     

    Petites Anecdotes

    oh Bien qu'ayant séjourné dans un beau quartier résidentiel de Washington D.C, j'ai toutefois vu côté de la ville moins "safe" (sûr), à savoir un quartier situé au Sud-Est de la ville. Nous nous y étions rendues en métro en fin d'après-midi avec la tante de mon amie pour assister à un concert de Gospel en plein air. Une femme bienveillante nous a abordé pour nous demander ce qu'on faisait là. Elle nous a vivement déconseillé de nous rendre au concert, nous disant que le quartier craignait, qu'il y avait beaucoup de dealers et que nous étions les seules blanches du quartier et que nous allions donc attirer l'attention sur nous... Nous avons rebroussé chemin!

    Washington D.C

    Washington D.C


     

     

      

     

     

     

     

    oh Dans la journée, nous prenions le bus pour nous rendre sur les différents lieux de visite. Un jour en fin d'après-midi, un passager monte, n'a pas de ticket et ne veut pas en payer un. Le ton monte, on sent que le conducteur de bus n'est pas à l'aise, les autres passagers encore moins... Tout le monde a l'air crispé... On se demande pourquoi, après tout ça arrive souvent dans les bus urbains de nos villes. On est proche du terminus et le conducteur de bus fonce délibérément sur le trottoir pour déstabiliser le gars en question, ouvre les portes du bus et les passagers affolés se précipitent dehors... Nous sommes les dernières à descendre en nous demandant pourquoi les gens réagissent comme ça... Puis après un petit temps de réflexion, nous nous disons: "ah oui, le gars aurait pu avoir une arme à feu et la dégainer". Nous, sur le moment, cela ne nous avait pas traversé l'esprit! Rassurez-vous il n'y a pas eu d'incident.

     

    cool Un passant Américain voit un touriste regarder une carte, il s'arrête et propose son aide. Cela semble naturel et logique pour lui.

     

    smile Les films du moment au cinéma étaient: (découpage / collage du Washington Post)

    Washington D.C

     

    yes Pas encore populaires et vulgarisés en France, j'ai découvert les Comic strips sur les dernières pages du journal le dimanche. Je connaissais Snoopy mais pas Garfield. Depuis le gros chat roux est devenu un personnage familier pour les enfants français.

    Washington D.C

    Washington D.C

     

     

     

     

     

     

     

     

    Washington D.C

     

     

     

     

     

    Fin de ma petite histoire, merci d'avoir lu cet article.

    https://thumbs.gfycat.com/AnnualThirstyEchidna-size_restricted.gif

    https://thumbs.gfycat.com/AnnualThirstyEchidna-size_restricted.gif

    Washington D.C

     

     


    votre commentaire
  • Préparer son road trip américain

    Introduction

    Préparer un circuit dans l'Ouest américain demande temps et réflexion car c'est une partie particulièrement riche en sites méritant le détour, et vaste, le Grand Ouest comprenant la Californie, le Nevada, l'Utah, le Wyoming, l'Arizona, le Colorado et le Nouveau Mexique. Il va donc falloir composer avec les distances qui sont énormes d'un point à l'autre et faire des choix pour optimiser le temps et le budget que l'on peut consacrer au voyage. L'idéal serait de pouvoir "morceler" le Grand Ouest et de le faire en 2 ou 3 fois/voyages. Mais on ne peut pas toujours savoir si on aura les moyens d'y revenir, donc comme je l'ai dit plus haut, il faut optimiser le séjour, découvrir de belles choses sur un rythme réaliste et c'est là que cela se complique à cause des distances de cette partie des USA. J'ai lu dans de nombreux blogs quelques regrets "si nous avions su, nous aurions prévu 1 jour de plus sur cette étape", je ne ferai pas mieux que les autres, je le sais par avance avec l'itinéraire que j'ai prévu mais l'appel des nombreux parcs nationaux est plus fort... Après tout la frustration fait elle aussi partie du voyage et c'est quelque part l'élément qui fait que nous revenons sur un lieu ou partons sur d'autres expériences.

    Il existe de très nombreux sites et blogs relatant des voyages dans l'Ouest américain. Les compulser permet dans un premier temps, avant de se procurer cartes et guides, d'avoir des exemples de circuits et des conseils pratiques. Personnellement, je privilégie les blogs de particuliers et certains sites communautaires (sorte de plateformes d'échanges d'expériences) et passe mon chemin sur les blogs bourrés de liens commerciaux qui sont du coup moins lisibles en mon sens et moins objectifs (lorsqu'ils sont sponsorisés). C'est le cas de bon nombre de sites de globetrotters qui, à force de marchander leurs expériences pour financer leurs projets, perdent en authenticité.

    Quelques sites utiles et agréables:

    http://www.sunsetbld.com/   cool   http://www.roadtrippin.fr/

    Une mine d'infos, du très bon travail notamment sur San Francisco (avec fiches pratiques à imprimer):

    http://giloulemeilleurdelouestamericain.overblog.com/ cool

    De belles photos de plusieurs road trips dans l'Ouest et des infos pratiques par une passionnée de cette partie des USA: https://completementalouest.net/

    Des articles sur l'Ouest parmi d'autres destinations aux USA. Articles riches, bien rédigés, agrémentés de magnifiques photos et de conseils pratiques, par exemple:http://www.lostintheusa.fr/2016/09/18/visiter-monument-valley-mode-emploi-conseils-guide/ cool

    Coup de coeur d'ailleurs pour ce site qui propose également des outils de planification de roadtrips ainsi que de nombreux articles pratiques (le passage à la douane, comment remplir son formulaire ESTA etc). Leur site donne aussi des informations en temps réel sur l'état des routes (ex: fermeture/ouverture de la Tioga Road, glissements de terrain, travaux dans les parcs) http://www.lostintheusa.fr/2017/07/10/actualite-roadtrip-etats-unis-ouest-americain/  yes 

    Pour se mettre dans le bain linguistique: des guides en anglais sur les parcs nationaux:

    https://roadtrippers.com/collections/national-parks-road-trips-and-tips-9

     

    Etapes pour bien préparer son voyage

    Nous partons en hors saison: fin octobre. Nous avons commencé les préparatifs 6 mois avant le départ. La marge est suffisante. Par contre, si vous choisissez de partir en pleine saison (vacances scolaires d'été), je pense qu'il faut bien 8 à 10 mois minimum.

     

    1) Les premiers choix à faire:

    - la période et la durée. Une fois arrêtées, demandez vos congés sans attendre afin de pouvoir effectuer les réservations de vols qui vont constituer le plus gros poste de dépense du voyage.

    - le choix du circuit: décider le point de départ et de retour. La consultation ou l'achat d'un guide et d'une carte routière aide bien. Vous êtes sûrs de pouvoir partir donc vous en aurez besoin de tout manière.

     

    2) Le choix et la réservation des vols

    Autant vous le dire de suite, ce n'est pas du tout la partie fun, mais alors pas du tout... On pourrait penser qu'avec les nombreux moteurs de recherche et les comparateurs en ligne, on va trouver facilement la meilleure solution au meilleur prix... niet! c'est sans compter avec les pratiques des ces sites et des compagnies aériennes elles-mêmes qui montent leurs prix en quelques heures sans explication valable et en toute impunité. Ces pratiques sont injustes mais légales... Dans un avion aucun passager n'aura payé le même prix pour la même destination et prestation!

    Sachez d'emblée que plus vous consultez le site d'une compagnie aérienne, plus le prix augmentera afin de pousser à la décision (la réservation). Vous savez qu'avec le système des cookies, nos navigations sur internet laissent des traces numériques, votre PC enregistre vos recherches, vos projets et à chaque connection, navigation, il vous sera proposé des liens pour des vols avec vos destinations. On sait ce que vous voulez, on vous appâte... L'utilisation d'un autre ordinateur (celui du voisin, du travail) avec donc une autre adresse IP non repérée peut paraître une solution. Et bien non, car encore une fois, plus les horaires d'un vol sont consultés sur quelques jours,  plus les prix grimpent pour vous faire croire que les places se raréfient et encourager l'achat... Parfois, j'ai lu qu'il fallait éviter de se connecter le soir et les weekends et préférer la nuit en semaine ou le mardi à 4h du matin avant les mises à jour... honnêtement, je ne suis pas sûre que ces combines marchent aujourd'hui.

    Tout ceci est scandaleux mais nous ne pouvons rien y faire, seule une meilleure législation rendra justice aux consommateurs et ce n'est pas pour demain. Donc que faire?

    La variation des prix étant rapide, il faut:

    - se fixer un budget maximum   

    - se renseigner (guides, blogs) sur les fourchettes de prix raisonnables voire intéressants sur la période choisie

    - si vous n'avez pas une carte bleue type Gold, demander à sa banque d'élever le plafond afin de ne pas avoir de surprise au moment du paiement. Nous avions trouvé une combinaison de vols qui nous convenait très bien Toulouse-Londres-San Francisco puis retour de las Vegas avec Ebookers mais n'avons pas pu finaliser la réservation car notre carte bleue classique a été rejetée. Nous avons appelé notre banque le lendemain matin, l'opération s'est faite de suite mais lorsque nous avons voulu réserver la même combinaison le soir (soit à peine 24h après), elle avait pris... 800 euros de plus! Nous avons réessayé les jours suivants, nous n'avons pas retrouvé le même prix...  

    - une fois que vous avez déterminé quel prix vous pouvez y mettre, consultez les sites des compagnies aériennes:  XL Airways (filiale low cost d'Air France, en saison uniquement et pour San Francisco et Los Angeles), Norwegian (low cost), AER Lingus, American Airlines, Delta Airlines, Air Canada, British Airways, Lufthansa... Une seule consultation par site (pour ne pas faire changer les prix), faites une capture d'écran ou notez-vous prix et horaires et allez comparer ailleurs. Si vous habitez en province, parfois passer par Londres, Amsterdam ou Berlin plutôt que Paris est plus intéressant. Lancez des recherches sur ebookers ou Expedia, si on vous propose des vols avec plein d'escales et des horaires affreux, ne perdez pas de temps, laissez tomber, allez directement voir sur le site des compagnies aériennes. Je n'ai pas trouvé efficace du tout les sites Edreams, Bourse des vols et Kayak. Certains sites n'ont pas le même nom mais exactement la même configuration et appartiennent en fait à Expedia... Les comparateurs ne proposent pas toutes les compagnies.

    - lorsque vous avez trouvé la bonne formule pour vous: horaires corrects, escale OK (prévoir 3h pour votre correspondance si vous faites une escale aux USA car il vous faudra passer les service des douanes, de l'immigration, récupérer vos bagages et les ré-enregistrer), prix correct: foncez!! réservez! Ne pensez pas que vous pouvez toujours trouver mieux, vous allez vous faire piéger... (cela s'est produit pour nous et notre sang froid a été mis à l'épreuve... Nous avons même appelé Ebookers et la compagnie British Airways pour demander des explications et essayer de négocier le prix vu quelques heures plus tôt, en vain.)

    Si vous devez transiter par le Canada (comme nous, on fait escale à Montréal), sachez que vous devrez demander une autorisation de voyage en ligne, l'AVE et qu'elle est payante: 7 dollars canadiens par passager... et oui, le Canada copie les US ! Cela fait donc des démarches et des frais supplémentaires, Grr...  http://www.cic.gc.ca/francais/visiter/ave-faits-fr.asp

     

    3) Les formalités et document nécessaires

    Il faut un passeport biométrique pour se rendre aux USA. Je n'ai pas mis la demande de passeport en étape n°1 car, à moins de s'y prendre tard ou d'avoir un casier ou être un cas particulier, il n'y aucune raison de ne pas l'obtenir. La réservation des vols m'a semblé plus importante et une étape urgente pour ne pas perdre trop d'argent inutilement (il va de soi que si l'on réserve un vol 2 mois avant le départ pour Los Angeles en pleine saison, on ne va pas avoir un bon tarif!)

    Si vous possédez un passeport ancien modèle valide délivré après le 25/10/2005 et que vous prouvez par tout justificatif d'un déplacement à venir aux USA (personnel ou professionnel), le passeport biométrique sera gratuit. Sinon, il faudra payer des timbres fiscaux: 86 euros pour un adulte, moins pour les mineurs selon leur âge.

    Les mineurs doivent également avoir leur propre passeport. Toute la famille doit aller à la mairie pour faire prendre ses empreintes digitales et fournir les pièces nécessaires. Idem pour récupérer les passeports, toute la famille doit se déplacer car les empreintes sont également prises à la remise des passeports.

    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/N360

    Une fois le passeport obtenu, pas besoin de visa pour un séjour inférieur à 90 jours mais vous devez aussi signaler votre séjour sur le sol américain au gouvernement via le formulaire ESTA (demande électronique d'autorisation de voyage). Cette autorisation se fait et se paye en ligne ($14 pour tous) sur le site suivant (attention, seul site officiel, ne googlelisez pas "ESTA" vous serez dirigé vers d'autres sites qui vous proposera le formulaire pour plus cher car ce sont des intermédiaires qui prennent leur marge) https://esta.cbp.dhs.gov/esta/

    Le permis international n'est pas obligatoire mais conseillé car rédigé en anglais, il facilite les échanges avec la compagnie de location de voiture sur place ainsi qu'avec la police lors d'un éventuel contrôle. Il est gratuit et les démarches sont simples.

    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F11534

     

    4) Détermination précise du circuit

     Là c'est la partie intéressante! Il y a du boulot certes mais c'est l'étape qui fait que l'on s'y croit déjà, on se projette totalement dans l'autre continent. Donc, à ce stade nous avons la ville d'arrivée et la ville de départ, il faut établir l'itinéraire en fonction des sites à visiter et vérifier la faisabilité (distances, temps des visites). De nombreuses idées et exemples de circuits sont présents sur la toile et dans les guides. Par exemple: http://www.roadtrippin.fr/organiser/parcours-type.php

     On peut aussi s'inspirer des circuits classiques proposés par les agences de voyage, surtout pour un premier roadtrip et cela permet de vérifier la faisabilité visites/distances.

     

    5) Choix et réservation des hébergements

    Une fois les sites à visiter choisis, il faut trouver les lieux d'hébergement proches de ces sites. Travailler avec la carte routière est nécessaire pour vérifier les distances et éviter les erreurs ou mauvaises surprises (un motel peut avoir le mot "Yosemite" ou "Grand Canyon" dans son nom sans que cela signifie qu'il soit situé dans le parc national... Chacun fera selon ses habitudes pour les réservations, directement auprès de l'hôtel ou en passant par une centrale. Pour ma part, je fonctionne avec Booking.com et en suis satisfaite: les prix sont clairs, les conditions aussi, le site est sérieux et fiable et propose en général un meilleur prix que l'hôtel en direct. Je fais des allers-retours entre  Booking.com, les sites des hôtels et Trip Advisor pour lire les avis de consommateurs.

    Dans l'Ouest américain, au niveau de plateau du Colorado (Zion, Bryce, Capitol Reef, Arches, Monument Valley, Lake Powell, Grand Canyon), il faut prendre en compte le paramètre suivant: c'est beau, beaucoup de touristes s'y rendent mais c'est désertique... Des amis nous ont donné leur carte routière après leur voyage et nous ont dit, "n'en cherchez pas une autre plus précise, tout est là!" car on voit des portions de routes sans villes ou des petits bleds qui sont en fait plutôt des hameaux avec 3 hôtels et 2 stations essence. Il y a donc forcément des points de chute pas très intéressants mais où tout le monde va. L'accueil et les paysages compenseront.

    Si vous souhaitez dormir dans un parc national, il vous faudra réserver longtemps à l'avance (plus de 6 moi avant!)

    Certains hôtels procèdent à des pré-autorisations pour vérifier votre solvabilité. Là aussi attention si vous possédez une carte bleue classique, prévenez votre banque des transactions avec les USA et levez éventuellement le plafond de votre carte (payant). Ne perdez pas de vue lorsque vous consultez le prix d'un hôtel que celui-ci est indiqué Hors taxes (surcoût de 10 à 15%).

    Avant le départ, il vous faudra indiquer à la compagnie aérienne choisie l'adresse du premier logement.

     

    6) Location d'un véhicule

    Le plus simple est de louer une voiture depuis la France. Il faut bien vérifier toutes les conditions de la location et les services payés. Louer localement, avec la barrière de la langue et la fatigue du voyage, peut s'avérer fastidieux. Le loueur voudra ajouter un certain nombre de prestations supplémentaires, c'est de bonne guerre. Si vous réservez depuis la France, ces frais supplémentaires sont souvent inclus mais vous pouvez les vérifiez et les décocher. Niveau assurance, avec une carte bleue Mastercard Gold ou Visa Premier, une partie des accidents, vols et dégradations est couverte (lisez bien votre contrat). 

    Il est possible de rendre le véhicule dans un endroit différent de celui où on l'a pris mais s'il s'agit d'un état différent, on vous fera payer une charge de frais d'abandon. (drop off charge)

    La location journalière d'un GPS est assez élevée (jusqu'à 15$ par jour...), mieux vaut s'en procurer un auparavant. Attention aux "pièges": franchises élevées, option " Electronic Toll pass" proposée par le loueur: à refuser car elle est inutile sur les routes (gratuites) empruntées de San Francisco jusqu'aux parcs nationaux de l'ouest (il n'y a pas d'autoroutes à péage).

    Plus d'infos par ici: http://www.roadtrippin.fr/organiser/comparateur-voiture.php

    http://alafindelaroute.com/2013/01/03/le-coeur-du-road-trip-la-voiture-conseils-pratiques-usa-budget-conduite-location/

    Nous avons loué un Dodge Caravan de 7 places 411 euros pour 10 jours auprès de l'agence américaine ALAMO. Cela s'est très bien passé. Nous avons récupéré notre véhicule sur Bush Street, juste en face de notre hôtel Grant Hotel à San Francisco et l'avons rendu à l'agence à Inglewood à l'aéroport de Los Angeles dix jours plus tard très rapidement. Tout étant prépayé, un employé nous a donné un reçu, a vérifié que la voiture est vide puis elle est partie au lavage. En 5 minutes, c'était réglé. Une navette gratuite nous a ensuite ramenés à notre hôtel!

    7) Réservation des visites

    On revient sur un truc intéressant à faire qui nous projette un peu plus vers le séjour. Consulter les sites web des centres d'intérêts payants inclus dans notre visite. Même si nous partons hors-saison, c'est un gain de temps de réserver à l'avance (et en pleine saison c'est carrément nécessaire). Et puis il y a des sites où il y a une bonne affluence car ils sont visités toute l'année,  la prison d'Alcatraz à San Francisco par exemple. Réserver en ligne à l'avance permet également d'étaler les paiements et de bien comprendre ce qui est inclut dans la visite (on est au calme chez soi, on peut lire et relire, faire des recherches, lires des avis sur les différentes formules).

     

    8) Renseignements sur les parcs nationaux et autres types de parcs

    Il me paraît important de préparer également les visites des parcs nationaux à l'avance, de ne pas attendre d'être sur les Visitor Centres de chaque parc (bien que ce soit bien sûr un passage obligé sur place pour collecter de la documentation, voir les conseils/consignes des rangers etc). Il faut se renseigner sur:

    - les droits d'entrée (variables, parfois pour un véhicule et tous ses occupants, parfois droit d'entrée par passager). Pour emprunter une route qui traverse un parc national, vous devez vous acquitter bien sûr du droit d'entrée. Il existe un pass annuel à $80 "Annual National Parks Pass" ou "America the Beautiful" qui  permet l'entrée à tous les parcs nationaux pour un véhicule et ses passagers (max 4 chauffeur inclus). Il s'achète à l'entrée du premier parc visité. Il n'est pas transférable (vous le signez) et il est interdit de le revendre. Au Grand Canyon, notre passeport nous a été demandé pour vérifier la signature. Personnellement, je ne prendrai pas le risque de racheter le passe à quelqu'un, d'autant plus qu'ils est vite amorti: entrée à $30 pour Yosemite, Zion, Bryce et Grand Canyon par exemple. Payer 69 euros pour la visite de tous ces parcs en famille, ce n'est pas du tout exagéré d'autant plus que cet argent sert à entretenir le parc, proposer des toilettes, des visitors centres etc... Attention, cependant, une nouvelle tarification est en cours de réflexion (voir la page Facebook de Lost in the USA pour les infos en temps réels)

    https://www.nps.gov/planyourvisit/passes.htm

    Ce pass ne concerne que les parcs nationaux, pas les state parks gérés par les états, ni les tribal parks de l'Arizona gérés par les Indiens Navajos (Monument, Valley, Antelope Canyon, Canyon de Chelly...) 

    La visite de Monument Valley vous coûtera 20 dollars seulement (véhicule + 4 passagers) et le site est absolument bluffant. La visite d'Antelope Canyon est quant à elle plus onéreuse, en particulier celle de Upper Antelope Canyon.

    http://navajonationparks.org/.

    - les horaires d'ouverture des visitors centres (surtout en hors-saison car plus restreints)

    - les modalités de circulation dans le parc (système de navettes gratuites obligatoires sur certaines pistes/routes de quelques parcs de mai à fin octobre, ex: Zion NP. Elles peuvent aussi être optionnelles et payantes et pas disponibles hors saison, ex: Yosemite NP)

    - les balades ou randonnées que nous souhaitons faire en tenant compte de plusieurs paramètres: le niveau de difficulté, l'équipement requis, la température, le temps disponible. Les guides généralistes qui traitent de tout l'Ouest américain type le Guide Michelin ou le Routard ne sont du coup pas exhaustifs. Par exemple, pour le parc de Zion, ils limitent leurs explications à 3/4 randonnées alors qu'en fouillant un peu sur le net, on se rend compte qu'il y a plein d'autres alternatives. Les guides présentent les plus connues et populaires bien sûr. Sur les brochures données dans les parcs nationaux, ne pas écarter d'emblée les randonnées présentées comme "streneous hikes". Les Américains classent facilement une randonnée comme difficile dès qu'il y a un peu de dénivelé ou de vue sur le vide. Ne pas hésiter à regarder des photos et demander des avis sur des blogs.

     

    9) Assurance santé

    Renseignez-vous auprès de votre mutuelle pour étendre votre couverture sur la durée du séjour de façon à n'avoir aucun frais à avancer sur place en cas de pépin. Si votre mutuelle ne propose pas ce genre de services, voyez avec des organismes comme Mondial Assistance et les assurances Chapka et Allianz. On sait que se faire soigner aux USA coûte cher mais on imagine mal à quel point... Lors de son séjour dans l'Ouest américain, une amie a vu une cliente française du même hôtel partir aux urgences (grosse bronchite), la première chose qui a été faite par l'hôpital, avant toute auscultation, c'est de lui prendre sa carte bleue pour prélever $500... pour être sûr de pouvoir couvrir tous les frais éventuels (radio...) quitte à reverser une partie du montant ensuite. La solvabilité du patient passe avant l'état de celui-ci...

    Nous avons demandé un devis à Allianz, Chapka Assurances et la MGEN (notre mutuelle). Nous avons choisi l'offre d'assurance voyage de la MGEN, qui proposait un bon rapport services/prix. Pas besoin d'être adhérent pour souscrire cette assurance.

     

    10) Les dollars

    Nous n'aimons pas emporter beaucoup de liquide sur nous. Cependant, le moindre retrait d'argent ou paiement par carte bancaire dans un pays étranger sont taxés par nos banques. Il faut donc prévoir de se procurer des dollars avant le départ. Je dois vous dire que la politique des banques aujourd'hui me laisse perplexe. Elles n'ont pour la plupart pas ou peu de stock de monnaies étrangères. Il faut souvent de deux à  trois semaines de délai pour les obtenir. Et que dire des taux de change et des commissions peu attrayants par rapport à ce que l'on peut trouver en ligne... Sur les conseil d'un couple d'amis partis aux USA il y a quelques années, nous sommes passés par le site Multi Change pour la transaction euros/dollars.

    https://www.multi-change.com/

    Bien sûr, nous avions quelques réticences pour changer 2500 euros en ligne... L'article du blog suivant à mis fins à nos hésitations. https://completementalouest.wordpress.com/2016/03/24/des-dollars-en-poche/

    Nous leur avons envoyé par mail une copie de notre passeport ainsi qu'un justificatif de domicile et avons été livré à domicile en 48h chrono (l'argent est remis en mains propres). Efficace!

     

    Précautions vivement conseillées

    - BANQUE/ARGENT: prévenir votre banque de votre séjour afin d'éviter que votre carte ne soit bloquée lors du premier retrait d'argent sur le sol américain pour suspicion de fraude... Faites élever les plafonds si nécessaire de votre carte. Enfin, pensez à avoir avec vous les numéros de téléphone d'urgence et les diverses démarches en cas d'opposition, de perte, de vol

    - DOCUMENTS: scannez tous les documents importants essentiels au voyage: passeports, cartes de paiement, billets d'avion, confirmations de réservations. Envoyez-les vous par mail et prévoyez éventuellement aussi une copie sur clé USB. En cas de souci (perte, vol, détérioration), les démarches à faire en seront facilitées.

     

    AVANT DE PARTIR S'INFORMER SUR: 

    - les fuseaux horaires http://www.lostintheusa.fr/2016/11/05/fuseaux-decalages-horaires-usa/

    - la conduite: règles spécifiques, orientation

    - l'électricité: voltage 110V, un adaptateur est nécessaire

    - les mesures diverses: prévoir tableaux convertisseurs (présents dans les guides)

    - la météo https://weather.com/weather/today/l/USCA0987:1:US

    - l'usage du téléphone portable: options spécifiques à demander, fonctions à désactiver sur place pour ne pas faire grimper la facture...

    ATTENTION SI VOUS AVEZ DES FORFAITS CHEZ FREE: il faut savoir que Free a passé très peu d'accords avec les opérateurs américains et en tout cas aucun avec les 3 plus gros opérateurs Verizon, AT&T, T-Mobile!! Ne croyez pas être tranquilles après avoir coché en ligne sur votre contrat l'option voyage. Nous n'avons eu AUCUN RESEAU à San Francisco, Las Vegas et Los Angeles. Nous n'avons eu du réseau que 2 fois en 13 jours: sur la route avant Mariposa et dans la dernière ville avant la Vallée de la Mort: Lone Pine! Nous ne nous y attendions pas du tout, Free étant très discret sur la question (genre une toute petite phrase "sous réserve de" dans la rubrique option voyage). J'ai découvert, à mon retour, qu'il existe la possibilité de se procurer une carte SIM USA prépayée... je l'essayerai la prochaine fois... Dans tous les cas, je ne peux que vous encourager à bien vous renseigner auprès de votre opérateur de téléphonie.

    - les médicaments: si vous suivez un traitement, il vous faudra le justifier avec l'ordonnance de votre médecin traduite en anglais. Faut-il prévoir une trousse à pharmacie avec les médicaments de base: maux de tête, ventre... à voir. De nombreux médicaments sont vendus en libre-service aux USA dans les drugstores, de l'Advil par exemple, sous le même nom.

    - le vocabulaire: lexique passage à la douane, lexique voiture/conduite, lexique hébergement, lexique restaurant...

     

    CONCLUSION

    Organiser un voyage prend des heures et des heures, surtout pour ce genre de destination qui a ses contraintes particulières. Aussi, s'y prendre à l'avance est un gage de sérénité... et permettra de s'octroyer quelques petites pauses pour éviter de saturer. Mais l'expérience est enrichissante et le portefeuille soulagé! (passer par une agence coûte bien plus cher). Tout ne sera pas parfait mais comme c'est en forgeant que l'on devient forgeron, nous pourrons nous faire la main sur d'autres destinations!

     usa american flag animated pic gif

                                                                                                                                                                   

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique